Peintures et dessins

Mur de l’Atlantique | Images d’été | Lumières du Nord

Atlantikwall. Mur de l’Atlantique.

Michel Peetz explore une thématique qu’il a maintes fois développée au cours des dernières décennies : le paysage littoral.

Parallèlement aux travaux en couleur à l’huile et à l’acrylique, voici depuis 2023 la sobriété du noir et blanc : il s’agit de dessins réalisés au fusain, au crayon et à l’encre de Chine. Leur élaboration est une question de patience. Elle prend pour chaque œuvre plusieurs dizaines d’heures. Le propos est constant : confronter les ciels marins, espace ouvert, libre et nuageux, avec la dureté d’un sol littoral cloisonné et bétonné. L’artiste reconstruit cette rigidité en la soumettant aux règles strictes de la perspective.

Sol bétonné, car Michel Peetz exhume les empreintes laissées par un mur jadis érigé face à l’Océan : une barrière démesurée de ciment et d’acier, large de 4 000 kilomètres, appelée Mur de l’Atlantique.

Le 6 juin 1944, quelques heures à peine après le début du débarquement de Normandie, ce mur était devenu sans objet : il n’avait pas résisté à l’assaut des forces alliées. Mais c’est le temps qui s’est révélé l’ennemi ultime. L’érosion a précipité dans la mer beaucoup des blockhaus perchés sur les falaises. Les tempêtes ont brisé le béton armé. Les marées l’ont altéré. Les déferlantes l’ont lentement désagrégé. Par endroit, il reste des masses étranges qui ressemblent à des bateaux échoués. À d’autres endroits, il ne reste presque rien. Inlassablement, les nuages, en grandeur et majesté, survolent ces traces.